Maison de Leffe

Terres de la famille de Leffe
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anoblissement de Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Anoblissement de Camille   Ven 16 Sep 2011 - 16:42

Les tapisseries étaient tendues, cette salle à Lannoy n'avait plus guère été utilisée depuis longtemps. Un des vassaux du Cerf, seigneur de Forest-sur-Marque était décédé depuis longtemps et l'anoblissement de Slam remontait également à loin.

Il était temps de redorer un peu tout cela. Tout fut briqué, nettoyé, décoré dans les moindres détails pour une cérémonie qui tenait très à coeur à Rosa: l'anoblissement de sa filleul. Cela arrivait d'autant plus à point nommé qu'elle venait de perdre son père. Au moins ce fief lui assurait son propre toit, une subsistance en suffisance, et son Parrain tout près. Sans compter que ce titre l'aiderait à avancer dans la vie, pour faire pourquoi pas un beau mariage et lui constituer une bonne dot.

Des fûts de Leffe Blonde, Triple, Brunes, à bulles carrées furent disposés afin que les invités puissent déguster les productions de la Blonde des Flandres.

D'ici peu la cérémonie pourrait débuter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille-Agathe

avatar

Messages : 21

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 12:25

Camille entre dans la pièce, en tenue d'apparât. Elle s'est laissée coiffer et habiller sans mot dire, songeant seulement qu'avant, elle aurait été tout excitée à l'idée de mettre une superbe robe et d'être annoblie...

Le regard de la jeune fille se pose à nouveau sur sa tenue. Belle, brodée... Blanche. Comme la mort qui la poursuit depuis un mois, qui a tué trois personnes chères autour d'elle et semble s'attaquer à elle maintenant en lui otant sa joie de vivre. Son regard se pose enfin sur Rosa d'Harlegnan, et un faible sourire vient eclairer le triste minois. Pour Rosa elle sait encore sourire un peu.

Marraine, je suis prête, dit-elle en esquissant une petite révérence rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 18:30

Les temps étaient troubles et ce jour n'était pas aussi festif qu'il n'aurait dû l'être, cependant afin d'égayer un peu sa filleule ne serait-ce que pour quelques instants aujourd'hui, elle avait convié des ménestrels, cracheurs de feu. Elle aurait peut être préféré un écharpement en direct de Bocomichou, mais elle ne l'avait pas sous la main. Dommage.

Quoiqu'il en soit tout était prêt, le buffet était pourvu en abondance, les tonneaux mis en perce, il ne manquait plus que... presque tout le monde en fait: les invités, "Flandres" et les amis proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre_Louna

avatar

Messages : 41

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Seigneur / Dame Seigneur / Dame
Rang Social: Erudit
Résidence: Harlegnan

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 19:32

Cassandre un peu en retard arriva dans la salle ou avait lieu la cérémonie de Camille. Bien sur qu'elle serait la, elle était tout de même " officiellement" la fille de Rosa à présent.
Elle entra dans la salle s'inclina et posa la boite de macaron soigneusement emballé pour la futur noble.
Elle alla embrasser sa mère ravie de la revoir après ce long moment à voyager et salua ensuite Camille


Bonjour Damoiselle Camille, je suis ravie d’être présente pour ce grand jour .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 21:19

Ses "deux filles" étaient présentes. Rosa souffla un Ca va bien se passer tu verras et nos amis seront avec nous pour cette journée.

Assorti d'un: Je suis fière de toi!

Fière elle l'était profondément de Camille. Elle l'étreignit brièvement avant d'embrasser sa fille adoptive. Elle regarda Cassandre saluer Camille. Elles formaient un joli trio: Rosa entourée de deux Pucelles, le R et ses deux C. Trois caractères très différents pourtant, comme quoi la vie mettait ensemble des gens qui ne l'auraient pas été autrement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
otta19

avatar

Messages : 2

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social: Artisan
Résidence: Bruges

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 22:30

Le Brugeois se présenta à heures dû pour la cérémonie d'allégeance de Camille.

Il avait rencontrer celle-ci pour la première fois au camp à Tournai, au côté de Duncan. C'était pour cause de tragédie. Cette fois, c'était dans de meilleurs circonstances. L'annoblissement de la demoiselle était une importante étape pour elle. Du moins, selon la famille noble de ses racines.

Otta avait mit un uniforme propre des Forces Spéciales Flamandes, avec médaille sur le torse. Il entra dans la pièce de cérémonie, content de pouvoir assisster à cet événement. Il n'était pas noble, mais qu'importe; il payait respect.

Le NorthShire arriva devant la noble de Flandre. Elle était entouré de Camille et d'une autre demoiselle, qu'il ne connaissait point. Il inclina la tête, saluant bien bas la Vicomtesse Rosa et ses deux protégés.


"Mes salutations Vicomtesse... à vous et aux demoiselles."

_________________
Franc Tireur Otta NorthShire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 23:01

Un membre des FSF sur son 31 pour l'occasion fit son apparition. Rosa s'avança afin de l'accueillir comme il le fallait.

Soyez le bienvenu en les terres de Lannoy, messire Otta. Je ne vous présente pas Camille, et voici ma fille adoptive Cassandre de Leffe van Loos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine.

avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social: Artisan
Résidence: Tournai -Flandres-

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 23:03

[Au camp]

Un pas en avant vers la tente de la cap’… deux pas en arrière… un sur le côté pour se donner une contenance et la cervelle en plein dilemme : rentrer en express ou ne pas rentrer ? Faire un caprice et une folie en temps de guerre ou être raisonnable et rester se battre ? Oui mais si elle rentre elle pourra en profiter pour ramener du ravitaillement…. Ou mais si elle rentre elle quitte l’armée et laisse ses sœurs d’armes se battre sans elle… sans compter que Baile va très probablement l’écharper quand elle va lui soumettre sa requête.

Soupir et reprise de la marche dite en crabe (un pas en avant-deux en arrière- une fois sur deux un sur le côté pour garder l’esthétisme de l’ensemble). Elle sait pouvoir clairement faire faux bond à sa « fille », l’excuse pour une fois n’en étant pas vraiment une mais une nécessité de guerre et un devoir pour tout guerrier de la Reyne ; et d’ailleurs jamais la brunette n’a ainsi hésité à demander une permission, elle qui n’a même jamais envisagé faire passer ses affaires privées devant son devoir. Mais cette fois les choses sont quelque peu différentes : la jeune fille qui doit être anoblie vient de perdre en quelques mois grand-père, père et mère et il en fallut de peu qu’elle perde sa tante dans la foulée … a circonstances exceptionnelles elle se devait de faire une exception à ses principes rigides.

La discussion fut longue entre la Mini-muse et sa Capitaine mais à la parfin elle obtint une permission extrêmes réduite dans le temps et tout à fait exceptionnelle : départ immédiat, aucun détour, et retour au campement dès la cérémonie achevée ; autant dire au plus tôt.

Sachant ses heures avec Camille comptées, Mélusine à peine sortie du camp galopa a bride rabattue vers les Flandres, ne ralentissant l’allure qu’aux passages d’octroi ou pour changer de monture aux relais de poste. C’est donc fourbue qu’elle foula le sol flamand
.

[Terres de Lannoy]

Rosa avait été prévenue et lui avait fait préparer en secret une chambre au château, dans laquelle elle fut conduite et put enfin ôter ses frustres de soldat, faire un brin de toilette et se glisser avec délice dans une vesture plus conforme a son sexe.

Habillée, coiffée, parfumée, la brune sentit une appréhension se nouer dans son ventre au moment d’entrer dans la salle… elle prit donc une profonde inspiration avant d’entrer sans bruit. Et au lieu de traverser la pièce saluer la maîtresse des lieux comme il se doit resta en retrait laissant le sieur qui entrait a son tour la précéder dans cet exercice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
otta19

avatar

Messages : 2

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social: Artisan
Résidence: Bruges

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Lun 19 Sep 2011 - 23:54

Otta sourit à la Vicomtesse.

"Merci de votre salutation, chère Vicomtesse. Je salue donc la demoiselle Cassandre."

Un légé sourir sur ses lèvres.

Comme d'autres invités semblaient arrivé, le Brugeois salua l'hotesse afin qu'elle puisse acceuillir les autres invités.


"Je vous tire ma révérence, et vous souhaite une cérémonie mémorable."

Il salua les deux demoiselles avant de reculer.

_________________
Franc Tireur Otta NorthShire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille-Agathe

avatar

Messages : 21

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mar 20 Sep 2011 - 3:43

Camille voit approcher Cassandre le ventre noué. Depuis l'enfance elle voue à la jeune inconnue une jalousie aussi ridicule qu'injustifiée, juste pour le droit qu'elle a, elle, d'appeler Rosa "mère". Et à mesure que sa précieuse marraine devient l'une des rares personnes encore en vie dans son entourage proche, la peur qu'on ne lui vole son affection grandit. Tout cela, elle le nierait farouchement si on la confrontait, bien sûr. Elle en a bien trop honte pour se les avouer à elle même... Ces sombres sentiments gisent au tréfonds de son coeur et elle ne les laisse guère sortir.

Mais en ce jour redouté où elle rencontre son ancienne rivale, plusieurs choses sauvent la situation. Et d'une, Camille est bien trop triste pour se montrer belliqueuse, injuste ou mesquine. Ouf.

Et de deux, sa marraine ne semble faire aucune différence entre elles deux, ce qui apaise la jeune pucelle qui a tant redouté cette rencontre.

Je suis fière de toi.

Camille ne comprend pas pourquoi sa marraine est fière d'elle, mais elle lui rend son etreinte avec force avant de faire face à Cassandre.

Et de trois (oui on compte encore les choses qui sauvent camille d'une crise de jalousie ) la pauvre Cassandre semble ravie de la rencontrer, et Camille se sent un peu honteuse d'avoir eu tant peur d'elle. Aussi se force-t-elle à lui sourire pour ne pas qu'elle méprenne sa tristesse pour de la méfiance.

Damoiselle Cassandre, je suis reconnaissante que vous soyez venue.

Et de quatre... Alors qu'elle salue d'un pauvre petit sourire le FSF venu lui souhaiter une bonne cérémonie.... une silhouette se profile dans sa vision périphérique, et c'est en trébuchant dans sa hâte qu'elle se précipite pour étreindre celle dont elle ne partage l'affection filiale avec personne. Avoir recu le droit, très récemment, d'appeler maman celle qui n'etait que "tata" toute sa vie, lui a un peu oté cette jalousie qu'elle avait de Cassandre. Elle aussi maintenant à une mère, après tout. Une mère qui, contrairement à Margaux, a visiblement bravé le courroux des Blanches pour être là. Une mère pour qui elle passe avant.

Tu es venue... maman.

Elle le dit encore timidement, mais s'en délecte, de ce mot. N'etant pas capable de dire sa colère contre son père, son désarroi d'avoir perdu toute sa famille, sa joie d'avoir en ce jour les deux femmes qui peuvent se targuer d'avoir remplacé sa mère naturelle...elle serre Mélusine, fort, sans plus dire un mot. Puis l'entraine vers Rosa, comme on montre un trophée, les yeux brillants de larmes.

Marraine, elle est venue...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ascalon

avatar

Messages : 9

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social:
Résidence:

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mar 20 Sep 2011 - 15:31

Ascalon se présenta aux portes du domaine des Harlegnans. Il n'était pas un habitué des lieux mais avec sa mémoire indéfectible, il se souvint de la première fois où il était venu à Lannoy, un sinistre souvenir, puisque c'était peu après la mort "du Cerf" . Il n'y avait plus jamais remis les pieds, jusqu'à aujourd'hui.

Montrant ses caducées à l'entrée, on ne fit guère d'histoire pour le laisser entrer. Il suivit un homme de la maison jusqu'à la salle où devait se dérouler la cérémonie. C'est donc, les bras occupés qu'il y fit son entrée.

Il alla salua la maitresse des lieux, la vicomtesse Rosa, ainsi que les autres invités.


Où puis-je poser ceci ? interrogea-t-il en indiquant ses bras chargés avec ses yeux. Ensuite, nous pourrons débuter la cérémonie quand vous le souhaitez...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mar 20 Sep 2011 - 22:47

[[Melusiiiiine]]

Oui, Rosa était fière de Camille, sans raison particulière, parce que c'est Camille sans doute, mais il est bon qu'elle le sache.

Melusine était arrivé lors du repos de la maîtresse des lieux, aussi ne l'avait-elle pas encore vue. Lorsque celle-ci s'avança, tirée par une Camille très émue, Rosa sourit. Sans compter Otta, elles étaient quatre à présent, quatre femmes proches d'une manière ou d'une autre. A vrai dire Rosa était franchement ravie de revoir Melusine, en nettement meilleure forme que la dernière fois qu'elle l'avait vue.

Elle s'avança et la salua la Blanche très joliment vêtue.

Soyez la bienvenue en ma demeure, Melusine, j'espère que vous avez pu prendre quelque repos. Ravie de vous voir en bonne forme.

Puis se tournant vers Camille elle ajouta en souriant.

Tu vois, ceux qui t'aime seront avec toi aujourd'hui.

Ces cinq personnes n'en étaient probablement qu'un échantillon encore...

[Quand le Héraut arrive]

On annonça l'arrivée attendue de "Flandres", Rosa le salua lorsqu'il en fit de même.

Soyez le bienvenu à Lannoy "Flandres". Je vois que vous êtes fort chargé, venez, vous pouvez poser vos affaires ici.

Elle l'accompagna et lui désigna un pupitre couvert d'une tapisserie aux couleurs de Lannoy. Le Héraut pourrait ainsi officier à sa guise.

Profitez donc d'une chope de bière nous pourrons commencer dans quelques minutes, j'attends encore quelques invités.

Un geste vers un serviteur et elle fit servir des chopes à tous ceux présents histoire de patienter agréablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beeky Maledent de Feytiat

avatar

Messages : 5
Localisation : En le Royaume de France

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social:
Résidence:

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mar 20 Sep 2011 - 23:30

[TOURNAI – Manoir d’Attigny – Le donjon]

La dame estait assise à son cabinet de travail et s’employait à rédiger avis sur les patentes présentées à l’issue du règne du duc Kelso. La plume grattait nerveusement le vélin et les mots s’en venaient noircir le feuillet au rythme d’une avalanche. Comme à son habitude, poinct la Grande de Champagne ne tournait autour du pot… mais là est une autre histoire.

La pièce estait éclairée par les flammes dansantes d’un candélabre, le feu crépitait en l’astre fumant, tout semblait calme alors qu’au dehors grondait la tourmente. Par sécurité, la vicomtesse avait faict doubler la garde et son capitaine veillait sur les remparts du manoir tournaisien.

Soudain l’on toqua à la porte et une fort joliette damoiselle entra à l’invite de la vicomtesse. La noble dame eut du mal à retrouver les traits de l’enfançonne qu’elle avait croisée en taverne, tant icelle-ci avait grandit. Beeky se souvint avec tendresse de l’avenante fillette qui voulait lui baiser la joue, absolument, et la vicomtesse avait eu grand mal à la convaincre que la chose estait fort malséante.

Qu’il était loin ce temps de l’insouciance, qu’il estait loin ce temps de la tendre enfance…

La jeune damoiselle arborait l’air grave des grandes douleurs. Agathe comme aimait à l’appeler Attigny, Agathe cognoissait les méandres du deuil, du chagrin, de l’abandon… et pourtant, petite lueur de joie, elle s’en venait trouver l’archidiacre afin de la convier à son anoblissement. Congratulations d’usage, échanges d’urbanités convenues, protocole bien huilé chez la dame rompue aux usages de la noblesse mais chargée de réelle affection qu’elle masquait avec grand art. Le reste de l’entretien fut des plus perturbants mais la dame promit de n’en rien dire.

[Le lendemain – au domaine de Rosa]

L'archidiacre avait prit son livre des vertus car il estait d’usage que le vassal jure sur le livre sainct lors de son serment d’hommage. Le héraut flamand allait procéder à la cérémonie et la dame se réjouissait de voir de quelle manière il s’y prendrait. Elle entra en la grande salle qui sentait bon la cire et coula un regard discret sur les magnifiques tapisseries tendues aux murs.

L’hostesse estait en grande converse avec le Héraut et l’invitée se dirigea vers eux. Elle arrivait juste à temps…

Petite révérence fut impeccablement exécutée. Pied droit de la dame s’en venant se placer à l'arrière du pied gauche, tandis que les genoux se fléchirent avec grasce et que les bras restaient ballants le long du corps. Un sourire illumina le visage d’Attigny et elle lança :

Le bon jour mes dames et sieurs !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier_Bayard

avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Seigneur / Dame Seigneur / Dame
Rang Social: Erudit
Résidence: Cambrai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mer 21 Sep 2011 - 10:11

C'était à Péronne et non à Cambrai que se trouvait le chevalier lorsqu'il reçut la lettre de Camille. Et encore une fois, dans un décor de campement militaire, de tentes, de soldats grognant et pestant. "Sapristi, se dit-il, décidément, à chaque fois que je reçois des nouvelles de Flandres, je suis en campagne..."

Il décacheta et lut. Sa mine s'assombrit et se réjouit. S'assombrit à la nouvelle du décès de Duncan. Frère, pas de sang, mais de coeur, ami de longue date... Si peu de temps après Wuggalix, Duncan. Encore un coup en plus, encore un morceau de son histoire, de ce qu'il était, qu'on allait enterrer, qui disparaissait... Encore un pas plus près de la fin...

Il ne lui restait donc comme famille que Camille. Sa petite nièce. Qui allait être annoblie. Pour elle, il se devait d'être là. Il fourra la lettre dans un repli d'armure, sous le gantelet, ramassa un gros cailloux qu'il jeta vers la mine, en face, où était terré l'ennemi (oui, bon, ça peut paraître bête, mais il le faisait chaque matin. Un rituel, une petite manie de soldat. Comme du temps de la Hollande, où chaque matin ils allaient pisser dans le canal qui abreuvait la ville d'Heusden. Halala, c'était le bon temps ça... soit...)

L'ennemi ne bougeant pas, il prévint le chef d'armée qu'il s'absentait quelque jours (car Bayard ne demandait pas congé, il le prenait. Non, ça c'est pas une manie de soldat, c'est son grand-gueulisme. Un jour ça lui vaudra des problèmes, pour sûr. Mais que voulez-vous, l'est trop vieux pour changer...). Puis après avoir laissé un mot à Maé, il monta Aristote (son vaillant et fidèle destrier) et chevaucha vers les Flandres. Sans plus de cérémonie. C'était un devoir familial, il le devait à Camille, il le devait à Wuggalix et Duncan, il se le devait à lui-même...

Afin de ne pas perdre de temps, il laissa son destrier à Cambrai, pour monter un cheval frais, et pris immédiatement la direction de Tournai, chevaucha de nuit, avec un re-changement de cheval au petit matin pour enfin arriver à Lannoy. Le jour de la cérémonie, en armure et quelque peu sali par la longue chevauchée... Les préposés à l'acceuil, en livrée grand luxe, hésitaient à la conduite à tenir, devait-ils laisser rentrer ce guerrier, grand et sale, au milieu de la foule certainement mise sur son 31 ? L'avait pas vraiment l'air d'un VIP, le chevalier...

Bayard régla les choses avec sa finesse habituelle. Prenant un des gars par la livrée, il le poussa vers l'intérieur en disant:


Faites prévenir Rosa et Camille que Bayard est arrivé. Et qu'il a besoin de se rafraîchir le visage et de faire polir l'armure quelque peu avant de pouvoir paraître devant le beau monde ! Et faites vite où je vous botte le c...

_________________
[signature en cours d'édition]

Chevalier Bayard de Clairambault
Seigneur de Flobecq et Baron déchu et dévoyé de Rubroek
Ambassadeur d'Artois en Flandre
Epris de Maeva d'Isle d'Ambroise
En deuil, à jamais, de Wuggalix et Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mer 21 Sep 2011 - 21:23

[Attigny atteignit Lannoy]

La Blonde des Flandres finissait de discuter avec le Héraut lorsqu'une Vicomtesse spéciale arriva au Château de Lannoy. Elle se tourna afin d'accueillir la nouvelle arrivante. Il s'agissait de l'Archidiacre en personne. Bigre, quelle cérémonie bénie aurions-nous là! Rosa se fendit d'un grand sourire et alla l'accueillir comme il se devait.

Vicomtesse soyez la bienvenue à Lannoy, je suis ravie que vous ayez pris du temps pour venir jusqu'à nous, j'espère que votre voyage s'est fait sans emcombre. Notre Camille aura besoin de toute l'aide morale et divine en cette journée particulière.

Elle baissa la voix et lui dit, s'assurant d'un regard que Camille n'était pas à portée de voix.

J'ignore si vous êtes au courant que son père vient de trépasser. Trois décès en peu de temps, la pauvre a de la peine à accuser le coup. Elle aura besoin de nos prières pour remonter la pente.

[Bing bong ou l'armure de Bayard]

L'arrivée du sire artésien ne se fit guère sans être remarqué. Tout d'abord un serviteur un peu apeuré et très pressé d'aider le nouvel arrivant à se remettre de son périple jusqu'ici, ensuite comme un couinement, ou des claquements d'armure, peu communes dans une cérémonie d'anoblissement où l'on était plus habitué au bruissement des étoffes et au sirotement de la bière pour ceux qui patientaient avant le début de la cérémonie.

Rosa tourna la tête vers le nouvel arrivant. C'était Bayard, qu'elle avait connu tout jeune, servi sous ses ordres, un passé lointain. Enfin elle était ravie qu'il soit là, après tout il était la seule famille encore en vie de Camille. Il était donc indispensable à cette cérémonie.

Soyez le bienvenu à Lannoy Bayard! Quelques secondes de flottement, comment le saluer? le gratifier d'une grande accolade dans le dos au risque de se briser la main? une petite révérence? un bisou sur la joue? mmmh, tout cela ne lui semblait pas approprié. Aussi le gratifia-t-il de son plus grand sourire. Se reflétant sur l'armure à présent étincelante de Bayard, il y avait de quoi illuminer tout un château...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blanche30

avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Mer 21 Sep 2011 - 23:24

Camille et Rosa avaient gentiment invité toute la fédé à l'anoblissement de la première. Blanche ne pouvait donc ne pas se trouver là. Ou si. Mais non. Aussi ce jour là s'était elle habillée avec plus de soin encore que d'habitude. Pas de blanc, elle n'était pas en deuil, mais pas de couleurs joyeuses non plus. Un marron châtaigne convint tout à fait, la robe étant d'une coupe simple.

Elle était déjà venue chez Rosa, à l'époque des MLF. Un mandat presque de rêve. Et puis la déception. Celle ci avait souvent été présente par la suite. La blonde y était revenue en une occurrence plus joyeuse, l'anoblissement de Cassandre, et voilà qu'elle revenait encore, pour celui de Camille cette fois. Skal n'était pas là, il viendrait sans doute plus tard, sa fonction le retenait encore. Elle ne lui en voulait pas, et elle le soutenait de tout son coeur. Sans doute était elle partiale mais il faisait un travail extraordinaire. Et harassant.

Introduite dans la salle de cérémonie, elle parcourut l'endroit du regard. Peu de personnes étaient déjà là. Elle les connaissait quasiment tous, au moins de vue. L'inverse était sans doute moins vrai. En s'avançant, elle adressa un sourire à son suzerain favori, salua Cassandre et Mélusine, inclina respectueusement la tête en direction de l'archidiacre et arriva enfin devant Rosa et Camille. La grande en premier (nan pas la vieille ! la PBBDF si vous préférez).


- Bonjour mon Capitaine, j'espère que vous allez bien. Je vois que vous avez veillé à ce que nous ne manquions de rien !

Elle ajouta en chuchotant :

- Et des fûts à l'Etat Major, croyez vous que cela ferait mauvais effet ?

Blanche se tourna enfin vers Camille.

- Bonjour Camille.

Que dire à une jeune fille, plus tout à fait une enfant, mais pas tout à fait une adulte, qui venait de perdre un parent ? Peu de choses.

- Tu es magnifique aujourd'hui, ta marraine et ton parrain sont sans aucun doute très fier de toi.

Trop froid. Blanche prit doucement le visage de Camille entre ses mains et déposa un baiser sur sa joue, tout doux, rien que pour elle. Elle en profita pour lui dire, sur un ton ne permettant qu'à la reine du jour de l'entendre :

- Je te l'ai dit, je suis là. Pour rire et pour pleurer. Bon, pas pour boire en ce moment, mais la tisane, c'est déjà pas mal. De toute façon, ça m'étonnerait que tes tuteurs apprécient. Et tu peux venir à la maison quand tu veux, elle t'est ouverte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier_Bayard

avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Seigneur / Dame Seigneur / Dame
Rang Social: Erudit
Résidence: Cambrai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 10:06

Après de rapides ablutions et un polish maison (même si le chevalier eut préféré que ce fusse fait par une jolie servante plutôt que le gars en livrée qui n'avait arrêté de trembler ou se saisir au moindre mouvement du chevalier), voilà Bayard déjà plus présentable, et accueilli par la maîtresse des lieux...

Rosa a écrit:

Soyez le bienvenu à Lannoy Bayard!

Merci Rosa, et merci pour votre accueil !

Qu'était-il de circonstance ? L'accolade eut été déplacé, froufrou et armure ne font pas bon ménage. Il avait déjà ainsi par mégarde déchiré quelque robes de Maé. Il opta donc par un galand baise-main, avant de s'enquérir de sa nièce.

Mais dites-moi, comment va Camille ? J'ai apris pour Duncan dans sa lettre. Je... je ne savais que lui écrire, alors j'ai directement chevauché jusqu'ici, pour le lui dire. Bon, je ne sais pas encore quoi, mais je voulais être près d'elle. Désolé pour l'armure, au fait, mais j'étais tellement pressé d'arriver que je n'ai pris le temps ni de me changer, ni de prévoir de quoi me changer...


_________________
[signature en cours d'édition]

Chevalier Bayard de Clairambault
Seigneur de Flobecq et Baron déchu et dévoyé de Rubroek
Ambassadeur d'Artois en Flandre
Epris de Maeva d'Isle d'Ambroise
En deuil, à jamais, de Wuggalix et Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille-Agathe

avatar

Messages : 21

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 11:29

Après avoir mené Mélusine à Rosa, Camille finit par la lâcher, à regret. Elle sait que les minutes sont comptées avec sa vraie fausse mère, mais il lui faut bien saluer les nouveaux arrivants. Après un rapide signe de tête au héraut déjà occupé à installer son pupitre, elle s'approche de l'Archidiacre et s'incline en une profonde révérence, bien mieux exécutée que celles qu'elle tenait absolument à lui faire à l'âge de trois ans, quitte à se casser la figure.

Monseigneur, je sais combien vos responsabilités vous accaparent. Merci.... d'être venue. Dans les yeux de Camille, la reconnaissance englobe bien plus qu'une simple présence à cette cérémonie. Elle tient le regard de l'archidiacre quelques secondes, et le non-dit semble emplir toute la pièce, alors la pucelle baisse les yeux avant d'ajouter à voix basse. Je promets de venir vous consulter sous peu...

Blanche arrive à son tour, impeccablement mise elle aussi. Camille se laisse embrasser, la remercie d'être venue, sourit du mieux qu'elle peut aux paroles tentant de la récomforter, à l'invitation généreuse.

Merci pour la houppelande de deuil, Blanche. Sans toi je ne sais comment je m'en serais procurée une....
La remarque sur la bière toutefois réussit à la faire sortir un peu de sa passivité, lui arrachant un vrai sourire amusé.

Marraine et parrain, ne pas approuver de la boisson...? Blanche, tu n'y songes p...

La seconde surprise de la journée l'interrompt en pleine phrase. Quelques secondes de flottement là aussi, mais certainement pas pour s'interroger sur la conduite à tenir. Non c'est l'emotion qui l'arrête net. Il converse avec marraine, non loin de Mélusine. Il a bravé les lieues, la fatigue, lui aussi. Il a quitté sa guerre pour elle, lui aussi. La pucelle mesure en une fraction de seconde toute l'ampleur des liens qui ont amené dans la même pièce un membre du Ponant et l'ecuyère d'un ordre Royal. Pour elle.

Euh.. .excuse moi Blan...che... bredouille-t-elle avant de s'élancer.

La houppelande de deuil survivra, ou pas, au choc contre l'armure de l'artésien. Camille ne s'en fiche pas, elle n'y songe tout simplement pas. Comme elle s'est jetée dans les bras de l'ecuyère, la voilà flanquée pêle mêle contre l'armure brillante.

Mon oncle, oh.. mon oncle, je suis tellement désolée...

Si elle n'arrive pas encore à pleurer sur son père pour son propre compte, la perte que subit Bayard l'atteint de plein fouet. Elle sait leur histoire, elle sait qu'ils ont partagé la guerre, que Bayard était là quand Duncan a rencontré sa mère en Hollande. Jamais ses yeux n'ont tant ressemblés à ceux de sa grand mère quand elle les lève vers Bayard, débordant de tendresse et de compassion. Sa dernière phrase est un murmure à peine audible, et sa voix se brise.

Je n'ai rien pu faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier_Bayard

avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Seigneur / Dame Seigneur / Dame
Rang Social: Erudit
Résidence: Cambrai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 12:52

Pas le temps pour Rosa de répondre, que voilà une petite forme qui fend la foule pour se jeter contre l'armure.

Camille !

Camille-Agathe a écrit:

Mon oncle, oh.. mon oncle, je suis tellement désolée...
Je n'ai rien pu faire.


Il s'agenouille, pour la prendre dans ses bras, sa joue contre la sienne, pour ne pas qu'elle ne sente que le froid du métal. D'un geste affectueux, ses bras entourent le petit corps...

Camille, non, que pouvais-tu faire ? Il y a des combats que même des guerriers comme nous ne pouvons vaincre. Comme celui contre la grande faucheuse. C'est une partie de nous qui disparaît, mais une autre partie est toujours là. Et là ce sera ton combat. Pour construire. Pour vivre. Ce sera notre combat. Je serai toujours là pour toi.

Bayard a quasiment toujours été soldat. La mort, il la cotoye depuis si longtemps... Comme un coup d'épée qui vous mord la chair, c'est une douleur fulgurante, mais qui s'atténue ensuite, avec le temps, et si bien soignée. Même s'il reste toujours des cicatrices. Comme il n'exhibe pas ses cicatrices, sauf dans l'intimité, hu, hu, le chevalier ne montrera jamais son chagrin en public. Une cicatrice en plus...

Il n'est pas le plus fort avec les mots, surtout envers une jeune fille qui est toute sa famille maintenant, et qui a connu tant de choses difficiles en si peu de temps. Lui même n'a pas été exemplaire en terme de présence...

Sa main passe doucement le long de la joue de la jeune fille, puis il se relève. Un sourire encourageant aux lèvres, il tend la main à Camille... puis se ravisant, la petite fille à grandi, elle le prendra plus par la main, il lui tend galamment le bras...


Je pense que mademoiselle est attendue pour une certaine cérémonie...

_________________
[signature en cours d'édition]

Chevalier Bayard de Clairambault
Seigneur de Flobecq et Baron déchu et dévoyé de Rubroek
Ambassadeur d'Artois en Flandre
Epris de Maeva d'Isle d'Ambroise
En deuil, à jamais, de Wuggalix et Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille-Agathe

avatar

Messages : 21

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 20:06

Camille, non, que pouvais-tu faire ? Il y a des combats que même des guerriers comme nous ne pouvons vaincre. Comme celui contre la grande faucheuse.

L'accolade la réchauffe... mais les paroles la glacent. Ce n'est pas la grande faucheuse qui a vaincu son père, songe-t-elle, puisqu'il ne s'est même pas battu. Qui comprendra cela de la part d'un guerrier, puisqu'elle même ne le comprend pas ? Et comment le dire à son oncle...? La moitié du discours est perdu pour la jeune pucelle paumée, et elle ne revient aux dires de Bayard qu'à temps pour entendre la fin.

Ce sera notre combat. Je serai toujours là pour toi

La main passe sur sa joue, et elle lui sourit alors, tristement. Sait-il seulement le nombre de personnes qui lui ont dit ça, et qui sont mortes ensuite ? Elle, elle sait. Elle les compte. Ils sont quatre. Mais elle sait au moins que trois d'entre eux le pensaient et ont combattu la faucheuse fièrement. Elle sait aussi que Bayard le pense. Alors elle déglutit, ravale son desespoir, prend le bras qu'il lui offre et fait l'effort de sourire pour lui.

Je pense que mademoiselle est attendue pour une certaine cérémonie...

Oui, mon oncle. Et je suis vraiment reconnaissante que vous ayez fait tout ce chemin.

Le regard clair cherche des yeux l'autre personne qui a quitté son devoir pour être à ses côtés aujourd'hui. Se connaissent-ils ? Elle ne s'en souvient pas... Osera-t-elle mener Bayard à Mélusine, comme si une guerre ne venait pas d'éclater...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine.

avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social: Artisan
Résidence: Tournai -Flandres-

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 22:11

La Blanche se mordit les lèvres quand elle réceptionna sa Tornade de peur qu’elle ne trébuche. Elle se mordit les lèvres pour lui cacher la blessure mal cicatrisée encore qui il y à peu avait manqué de lui être fatale et qui la fit souffrir un peu quand Camille était venue se coller contre son ventre; ce n’est pas le lieu et encore moins le moment, elle l’apprendra un jour quand avec Krystel elles rentreront au pays, ou pas après tout… certaines blessures sont profondes et l’ont préfère les garder pour soi.

Tu es venue... maman.

Bien sur que je suis venue –et avec un beau sourire en plus comme chaque fois que Camille la gratifie de ce nom qu’elle est seule à pouvoir lui donner et sera sans doute seule à lui donner la brune le sait à présent… la guerre demande des sacrifices et les armées du Ponan sont venues réclamer leur tribut et détruire par le fer ses rêves de maternités- Comment aurais pu rater un moment aussi important ? Attends te rends tu compte : ma fille...- elle le répéta encore avec un peu plus d'assurance dans la voix cette fois- ma fille va être anobli et pas par n’importe qui en plus…

Justement en parlant de suzeraine, Camille l’y conduisait tout droit. Si elle n’avait écouté que l’amitié et la reconnaissance qu’elle ressentait pour leur hôtesse nul doute que la brune aurait embrassé ou donné l’accolade à la Blonde mais elles n’étaient pas seules ou en famille, des invités déjà se présentaient et par respect des convenances et dans la crainte de gêner Rosa, Mélusine se contenta d’une légère révérence et d’un chaleureux sourire.

Vicomtesse… c’est un plaisir sans cesse renouvelé de vous voir. Et oui… -petit sourire en coin et un regard vers Camille- je suis venue, c’est bien la moindre des choses.

Flandres, puis la vicomtesse d’Attigny ; la Blanche recula d’un pas libérant de ce fait Rosa afin qu’elle puisse plus aisément accueillir ses invités. Discrète mais polie elle les salua en retour d’un hochement du chef ; mais son attention était attirée par une lueur métallique et un bruit fort caractéristique : hallucination auditive ou quelqu’un portant une armure s’avançait vers la salle ? Non, non elle ne rêvait pas un homme armé en guerre se présentait à son tour dans l’embrasement de la porte et traversait à grand pas la salle de réception.

Bayard… son sourire se crispa machinalement… Bayard… qui rivalisait pour le titre de coq de taverne avec Duncan quand elle avait emménagé à Tournai, doux souvenirs… Bayard qu’elle craignait toujours de trouver au bout de son épée quand elle partait en campagne et qu’elle savait les forces du Ponan présentes. Dieu soit loué ils s’étaient jusqu’alors toujours évité mais elle savait qu’un jour elle devrait tirer le fer contre une personne qu’elle appréciait et que cela lui ferai mal. Plaise au divin que se soit le plus tard possible !

Elle en oublia de saluer la comtesse de Douai, ses prunelles d’azur toutes entières obnubilées par Bayard qu’elle détaillait le plus discrètement possible, du moins l’espérait elle. Il avait changé depuis le temps, murit sans doute ; moins gamin plus viril… l’armée à cet effet là parfois sur les hommes à moins que ce ne soit le mariage ? Une chose était sure en tout cas c’est qu’il n’avait rien perdu de son charme.


_________________


Dernière édition par Mélusine. le Jeu 22 Sep 2011 - 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chany Lafarque

avatar

Messages : 5
Localisation : Cambrai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Jeu 22 Sep 2011 - 23:31

Chany avait reçu le courrier de Camille , adorable Camille... La peine la gagna aux nouvelles qu'elle apprit a propos de Duncan. La petit l invitait a son anoblissement , malgré se charges , elle voulait être présente , les enfants étaient encore trop jeunes , ils resteraient donc avec leur père qui ne pouvait se libérer.

Elle grimpa sur son cher Tonnerre , douce joie qu elle pouvait enfin reprendre , puis galopa jusqu en la demeure de Dame Rosa.

Laissant son cheval a un lad , elle , elle gagna l entrée et se présenta

Veuillez prévenir dame Rosa que Chany Lafarque de Monchy... erg que c était long a dire , dite simplement que Chany Lafarque est arrivée je vous prie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier_Bayard

avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Seigneur / Dame Seigneur / Dame
Rang Social: Erudit
Résidence: Cambrai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Ven 23 Sep 2011 - 11:38

Camille lui sourit et prend son bras. Mais il voit bien qu'il y a un voile derrière ce sourire. Il faudra qu'ils en parlent. Mais plus tard. Et rien qu'à deux. C'est qu'il y avait déjà du monde dans la salle de cérémonies de Lannoy, ce qui ne se prêtait pas aux confidences et discussions profondes sur la vie, la mort, les façons différentes pour chacun d'y faire face. Cela viendrait plus tard. Comme les yeux clairs de la jeune fille semblaient chercher quelqu'un dans la foule, le regard bleu acier de Bayard embrassa la salle pour tenter de voir qui il connaissait parmis les gens présents.

Bon, déjà, y'avait plus de femmes que d'hommes. Il connaissait bien ces derniers. Ses yeux se firent durs en reconnaissant Ascalon, qui préparait ses papiers, puis glissèrent sur Otta, qu'il avait connu jeune recrue des FSF. Pour les dames, c'était autre chose... Il reconnut l'archidiacre archisérieuse qu'il avait vu lors de la cérémonie d'enterrement de Wuggalix, mais elle avait un nom à rallonge sur lequel il ne revenait pas. Il y avait ensuite deux jeunes femmes qu'il ne connaissait (ou reconnaissait) pas, dont une lui semblait très proche de Rosa. Et lorsque son regard se posa sur la dernière dame présente, il sourit en voyant enfin un visage connu ! Mélusine, de Tournai. Un visage qui le ramenait quelques années en arrière, à Tournai. Avec tous ceux qu'il avait aimé, Léalie, Wuggalix, Duncan... Non, non, pas de flashback tristounet, c'est pas le moment. Il doit être aussi fort que Camille. Hop, hop, montrer l'exemple... Tiens, il lui semblait que Mélusine l'observait, où bien était-ce Camille ?

Il croisa son regard, et cela réveilla, dans un repli obscur de son cervelet, un souvenir. Qui remonta doucement à la surface comme des bulles dans une coupe de champagne (ou dans l'eau pétillante... mais avouez que c'est nettement moins glamour que dans le champagne...). Ne faisait-elle pas partie d'un Ordre Royal ??? En tout cas, c'est elle que Camille semblait chercher du regard. S'étaient-elles liées d'amitié ?

Arf, il se rendit compte que de l'eau avait coulé sous les ponts, et qu'il ne savait plus grand chose de la vie tournaisienne... Faudra qu'il se remette à la page. Cela aussi il devra en discuter avec Camille. Soit...

Toujours est-il qu'avec sa nièce à son bras, ils s'avancent dans la salle, doucement, vers l'endroit où se trouvent les tournaisiennes...

_________________
[signature en cours d'édition]

Chevalier Bayard de Clairambault
Seigneur de Flobecq et Baron déchu et dévoyé de Rubroek
Ambassadeur d'Artois en Flandre
Epris de Maeva d'Isle d'Ambroise
En deuil, à jamais, de Wuggalix et Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ascalon

avatar

Messages : 9

Feuille de personnage
Rang de Noblesse:
Rang Social:
Résidence:

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Ven 23 Sep 2011 - 17:23

Ascalon était en train de déposer un rouleau des parchemins sur un petit pupitre qui avait été prévu à cet effet. Un bruit sourd et métallique se fit ensuite entendre, pas d’arme, seulement l’écu que transportait le héraut et qu’il venait de déposer contre le pupitre. L’écu, bien emmitouflé dans un drap blanc, mais la forme ne laissait nul doute, avait fait résonner le fer sur la pierre, mais un instant plus tard, ce même bruit, mais en beaucoup lourd et bruyant se fit entendre, une armure à n’en pas douter.

Un regard vers la porte d’entrée et il vit Bayard entrer, puis il termina ses petits préparatifs.

Une fois tout prêt, il alla se servir afin de se rafraîchir comme lui avait proposer la maîtresse des lieux. Cela lui permettrait également de voir si tout le monde était arrivé, car on lui avait indiqué qu’il manquait encore plusieurs invités et il fallait dire qu’avec les temps troubles, le passage des frontières Sud pouvait être délicat, l’Artois étant en ligne de mire…

Ascalon buvait quelques gorgées et saluait d’un geste de tête les différents invités qui le regardaient. Il était un peu comme un intrus, un cheveu sur la soupe, et certains regards pesants le lui faisaient bien comprendre, mais cela n’allait pas le déstabiliser pour autant. Il observa les retrouvailles familiales et comprit à demi-mot qu’il était question d’un décès, sans savoir exactement de qui il s’agissait.

Pendant qu’il attendait, il remarqua la présence de Monseigneur d’Attigny, étati-elle là en tant qu’amie de la suzeraine, de la future vassale ou en tant que femme d’Eglise, il n’en savait rien, mais gageait qu’il le saurait bien assez tôt.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosa
La Blonde des Flandres
avatar

Messages : 950
Localisation : Tournai

Feuille de personnage
Rang de Noblesse: Comte / Comtesse Comte / Comtesse
Rang Social: Erudit
Résidence: Tournai

MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   Ven 23 Sep 2011 - 21:34

Rapidement Camille remarqua l'arrivée de Bayard et se précipita vers lui, les discussions s'animaient, d'autres arrivaient, tout comme Dame Chany qui fit son entrée au Château.

Soyez la bienvenue à Lannoy Dame Chany, j'espère que vous avez fait bonne route. Je vous remercie d'être venue, pour Camille.

Elle lui fit un grand sourire. Une fois la discussion terminée elle fit le compte des présents. Une personne manquait, mais elle était du genre à faire une entrée fracassante au moment le plus inattendu. Elle estima donc que le temps était venu de commencer la cérémonie.

Elle s'avança vers le Héraut.

Nous pouvons commencer je crois.

Elle éclaircit sa voix, puis tapa dans ses mains afin d'attirer l'attention de tous.

Dames et sires, je vous remercie à tous d'être venus pour cette cérémonie d'anoblissement de ma chère filleule Camille-Agathe de Clairambault. C'est une joie pour moi de lui donner un fief et d'assurer ainsi son avenir. Nos liens déjà proches seront ainsi scellés à jamais.
Camille, veux-tu t'avancer vers moi. Tu formuleras ton allégeance, fidélité (obsequium), aide et service armé (auxilium) et conseil (consilium), je te répondrais en retour, te promettant justice, protection et subsistance.


C'était à la Dame du jour de prendre la parole à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anoblissement de Camille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anoblissement de Camille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Camille Lacourt nous offre une vue imprenable !
» bon anniversaire Camille
» Bon anniversaire Camille
» Camille Rose Naturals
» LA B... à CAMILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison de Leffe :: Vicomté de Lannoy :: Salle de Cérémonies-
Sauter vers: